12/04/2010

ARJEL votée aujourd'hui

Aujourd'hui, 12 avril, le parlement va étudier le projet ARJEL (Autorité de régulation des jeux en ligne).

Ça va être la course avant la coupe du monde en Afrique du Sud.
Dans le mode de fonctionnement pressenti, les opérateurs de jeux en ligne devront installer un frontal en France (le serveur web frontend) et un capteur (mouchard applicatif ou réseau) qui conservera les traces de toutes les parties de joueurs. Ainsi, en cas de suspicion de fraude, l'ARJEL pourra rejouer la partie douteuse.

Les traces seront chiffrées avec la clé publique de l'ARJEL. Ainsi, seul l'ARJEL aura la possibilité de déchiffrer la partie enregistrée.

Deux points sont intéressants :
  • La trace ne peut être enregistrée par le capteur/mouchard que si le joueur reçoit et accepte une confirmation de la part du site pour l'opération en cours. Le joueur doit donc valider formellement (clic) ou informellement (en continuant à jouer). Les capteurs de type sonde réseau seront donc difficiles à mettre en oeuvre, car la logique de jeux doit être analysée. L'enregistrement doit être synchrone.
  • L'ARJEL met à disposition une base de données des "joueurs interdits de jeux". Les opérateurs devront de façon asynchrone demander à l'ARJEL si le joueur se présentant est interdit de jeux. Plutôt qu'un Web-Service HTTP, l'ARJEL a choisi d'utiliser de façon détournée le protocole DNS ! Idée intéressante que de se baser sur un protocole vieux, mais fiable et surtout très facilement redondable (car par nature).

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire